fritic092014-193.jpg

FAQ - Sécurité et prévention

Peut-on interdire aux élèves de venir à l'école avec leur téléphone portable?

Non. Le téléphone portable est un objet privé, on ne peut pas interdire de le prendre à l'école. Par contre, on peut obliger les élèves à le déposer dans un bac dès l'entrée en classe.

Une information à ce sujet figure dans la brochure de la DICS "Permis-Interdit".

Est-il possible d'empêcher un élève de surfer avec son téléphone portable en 3G, ou de le sécuriser?

Non. La question des téléphones portables est délicate parce que l'on est dans la sphère privée de l'élève (le téléphone est une objet privé). Il est possible d'établir une charte d'utilisation des téléphones portables mais il n'est pas possible de réglementer strictement. Il n'est pas non plus possible de bloquer la 3G sur le périmètre de l’école.

Si on confisque un téléphone portable dont on pense qu'il contient un film illicite, peut-on l'ouvrir pour en vérifier le contenu?

L'enseignant-e ou le responsable d'établissement peut confisquer les téléphones mais ne peut pas les ouvrir et en regarder le contenu. L'enseignant-e ou le RE doit informer la police pour déterminer la procédure à suivre, avant d'informer les parents.

Si un-e enseignant-e a confisqué un téléphone sur lequel il ou elle suppose qu’il y a du matériel pornographique, doit-il ou doit-elle redonner le téléphone au représentant légal qui viendrait le chercher ou le garder comme preuve?

Au moment où l'enseignant-e appelle la police (no 117), il ou elle demande impérativement comment agir si le ou la représentant-e légal-e vient demander à récupérer le téléphone. Il s'agit de s'informer de la conduite à avoir pour ne pas empêcher l'enquête de se dérouler dans les meilleures conditions.

Comment faire quand l'inspecteur (ou un supérieur hiérarchique) demande d'envoyer les listes d'élèves sur dropbox?

Refuser ! Aucune donnée sensible concernant les élèves ne doit être transmise par Dropbox! Utiliser un classeur educanet2.

Quelle procédure suivre si un-e enseignant-e découvre qu'un-e élève transgresse des règles et insulte ses camarades par message électronique ou autre ? Que faire si les parents des enfants lésés viennent se plaindre ? Qui peut porter plainte ?

L'enseignant-e doit rapidement pouvoir évaluer la gravité du problème et les différents acteurs; savoir ce qui s'est réellement passé. Ensuite il-elle prend contact avec les intéressés et voit s'il est possible de résoudre le problème ou non.

En cas de doute, il ou elle fait immédiatement appel à des professionnels : Centre de consultation LAVI pour enfants et adolescents ou la Police de sûreté : Brigade des mineurs. Le dépôt d'une plainte ne peut être fait que par la personne lésée ou son représentant légal. Il s'agit de se renseigner avant de décider de déposer plainte civile ou pénale. Il faut savoir, par exemple, qu'en Suisse, l'usurpation d'identité n'est pas punie par la loi. Le cyberharcèlement n'est pas non plus directement punissable mais plusieurs autres atteintes à la personne associées au harcèlement peuvent faire l'objet d'une plainte.

Est-ce que le Centre fri-tic doit être informé lors de la création d'un site de classe?

Non pour les sites de classe, par contre oui pour tous les sites d'école, créés sur friweb ou autre. Il existe un formulaire (y incl. les directives de la DICS) sur le site de fri-tic.

Quand on efface un site, est-il effacé pour toujours?

Non. Voir par exemple ce qui se trouve sur http://archive.org